destiner

destiner [ dɛstine ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1160; lat. destinare
DESTINER (qqn, qqch.) À.
1Vieilli Fixer la destinée de (qqn). prédestiner, promettre. Destiner un jeune homme à une jeune fille. « Cette persuasion que nous avons trouvé l'être que la nature avait destiné pour nous » (B. Constant).
2Cour. Fixer d'avance (pour être donné à qqn). assigner, attribuer, garder, réserver. Je vous destine ce poste, cet emploi. Je ne sais quel accueil il me destine. préparer. Par ext. Cette remarque vous était destinée, était pour vous, vous concernait.
3(mil. XVIe) Fixer d'avance (qqch.) pour être employé à un usage. 2. affecter, appliquer, réserver. Je destine cette somme à l'achat d'un costume. Un édifice destiné au culte. Un titre destiné à éveiller la curiosité.
4(1580) Affecter (qqn) à un emploi, à une occupation, à un état. Son père le destine à la magistrature. Par ext. Son talent le destine à une carrière brillante. V. pron. (plus cour.) « il continue toujours à s'instruire et paraît se destiner à la diplomatie » (Sainte-Beuve).

destiner verbe transitif (latin destinare) Fixer à l'avance les événements qui formeront la trame de l'existence de quelqu'un, fixer sa destinée ; préparer : Nul ne sait ce que le sort nous destine. Fixer à l'avance et de manière inéluctable l'union de deux personnes ; projeter cette union, en former le vœu ; promettre : Le ciel nous destinait l'un à l'autre. Fixer ou choisir à l'avance pour quelqu'un son avenir, et en particulier sa carrière : Il destine son fils au barreau. Réserver quelque chose à quelqu'un, le lui adresser : C'est à moi que vous destiniez cette remarque ? Fixer la destination de quelque chose, le réserver à cet usage, à cet emploi ; affecter : Destiner une somme à l'achat d'une voiture.destiner (synonymes) verbe transitif (latin destinare) Fixer à l'avance les événements qui formeront la trame de...
Synonymes :
Fixer ou choisir à l'avance pour quelqu'un son avenir, et...
Synonymes :
Fixer la destination de quelque chose, le réserver à cet usage...
Synonymes :
- réserver

destiner
v. tr.
d1./d Réserver (qqch) à qqn. Je vous ai destiné cette tâche.
d2./d Réserver (une chose) à tel ou tel usage.
|| Pp. adj. Salle destinée aux réunions.
d3./d Orienter (qqn) vers une carrière, une occupation. Destiner son fils à la carrière diplomatique.
v. Pron. Se destiner à la magistrature.

⇒DESTINER, verbe trans.
Déterminer le destin, la destinée, la destination de quelqu'un ou quelque chose.
I. — Destiner à qqn.
A. — [Le suj. désigne le destin, une puissance suprême] Fixer d'avance les événements qui régiront inéluctablement l'existence de quelqu'un. Synon. prédestiner, promettre. Confiant dans le sort que le ciel me destine, Je me souvins d'un oncle à la cour de Christine (DUMAS père, Christine, 1830, prol., p. 201). Sans nous préoccuper de ce que nous destine Le Sort, nous marcherons pourtant du même pas (VERLAINE, Œuvres compl., t. 1, Bonne chans., 1870, p. 132).
Rem. On rencontre un emploi plus ou moins adj. au sens de « marqué, choisi par le destin ». Que la privation, l'absence, les années, Ne font qu'éprouver mieux les âmes destinées (SAINTE-BEUVE, Livre d'am., 1843, p. 36). Mon roi est venu trois fois, ô terre antique, ô terre destinée (PÉGUY, Myst. Sts Innoc., 1912, p. 202).
B.— [Le suj. désigne gén. une pers.] Projeter d'unir une personne à une autre par les liens du mariage. Je sais que, depuis notre enfance, on nous avait destinés l'un à l'autre (BALZAC, Béatrix, 1839-45, p. 241) :
1. Ainsi donc, l'épouse que vous destine votre père, celle dont il entend faire une vicomtesse De Clérambard, serait cette fille publique? Ah! je comprends que la comtesse ait eu honte de nous la nommer. Mais pourquoi veut-il que son fils épouse une catin?
AYMÉ, Clérambard, 1950, III, 5, p. 159.
C.— [Le suj. désigne une pers.] Réserver, préparer quelque chose à l'intention de quelqu'un pour le lui offrir. Synon. attribuer.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr., une offrande, un cadeau] La fortune que vous destine votre tante (BALZAC, Béatrix, 1839-45, p. 241). Des antiquités destinées aux voyageurs (DU CAMP, Nil, 1854, p. 78).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose abstr., une situation, un traitement particulier] M. de Staël est employé diplomatiquement à Copenhague, mais j'espère qu'on lui destine une autre mission (STAËL, Lettres div., t. 2, 1794, p. 607). Le rôle que je vous destine peut avoir des dangers (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 206) :
2. Les pensées que je ne leur [aux hommes] destinais pas expressément, je n'arrivais pas à les détacher de moi, à les formuler; elles demeuraient en moi comme de légers mouvements organiques.
SARTRE, Le Mur, 1939, p. 82.
P. iron. [Le compl. désigne un mauvais traitement] Sans attendre la correction que je lui destinais (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 232). Je commence à comprendre le genre de supplice que vous me destinez. Je vais périr par immersion? (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 476).
Rem. On rencontre parfois la constr. vieillie : destiner pour qqn. Aucun savant, aucun artiste, ne pourra réserver pour lui-même ou pour d'autres, aucune des pièces d'histoire naturelle, ou d'autres objets, que le Sieur de La Pérouse aura jugés mériter d'être compris dans la collection destinée pour sa majesté (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 50). Ces roses pour moi destinées Par le choix de sa main (TOULET, Contre-rimes, 1920, p. 10).
II. — Destiner à qqc.
A.— [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Synon. affecter à.
1. Réserver à quelqu'un une situation, un emploi d'une certaine durée.
a) [Le suj. désigne le destin, la fatalité] Vouer quelqu'un à un avenir plus ou moins favorable. La masse de notre espèce étant évidemment destinée, d'après une insurmontable fatalité, à rester indéfiniment composée d'hommes vivant d'une manière plus ou moins précaire (COMTE, Philos. posit., t. 4, 1839-42, p. 162).
b) [Le suj. désigne une pers.] (Avoir l'intention de) consacrer, préparer une personne à une carrière. La carrière à laquelle ma famille me destine m'épargnera, j'espère, le désagrément de voyager en coucou (BALZAC, Début vie, 1842, p. 381). Ses parents ne le [Rembrandt] destinaient pas à la carrière artistique mais ne mirent pas d'opposition à ce qu'il suivît le penchant qui l'entraînait (MÉNARD, Hist. B.-A., 1882, p. 210).
Emploi pronom. réfl. Madame Beaudeloche (...) (avec dignité). Edgar, songe que tu te destines au notariat (LABICHE, Edgar, 1852, 2, p. 207). Trois grands fils (...) qui se destinaient au barreau (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 273).
c) P. ext. [Le suj. désigne une qualité physique ou morale, une chose abstraite, etc.] Cette énergie nécessaire à la compagne d'un homme que sa carrière destine aux orages de la vie politique (BALZAC, Lys, 1836, p. 321). Elle [une fillette] montre une grâce, une rapidité dans la course, qui la destinent à la lutte et à la danse (COLETTE, Pays connu, 1949, p. 161).
P. anal. :
3. Fabre, lorsqu'il a décrit l'application que met le scarabée sacré à malaxer la pilule où il enfermera son œuf, ajoute curieusement que les organes de cet insecte semblaient le destiner à une tout autre activité.
PAULHAN, Les Fleurs de Tarbes, 1941, p. 160.
2. [Le suj. désigne une pers.] Mettre en réserve quelqu'un pour l'utiliser à un usage occasionnel. L'homme devrait n'avoir plus aucun rapport de société avec celles des femmes jeunes qu'il ne destine pas à son lit (MONTHERL., J. filles, 1936, p. 978) :
4. ... le commandant en chef m'assura que, sans pouvoir fixer encore une date précise, il donnerait avant peu l'ordre de marcher sur Paris et que c'était la division Leclerc qu'il destinait à l'opération.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 296.
Rem. On rencontre parfois la constr. vieillie destiner qqn pour + nom de lieu avec le sens de « envoyer à ». Ces personnes (...) seraient toujours incapables de faire ce travail loin des lieux pour lesquels on les destinerait (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 290). [Les forçats arrivants] sont soumis à l'examen des médecins et chirurgiens en chef qui, sur la plus légère apparence de maladie les destinent pour l'hôpital (RABAN, MARCO SAINT-HILAIRE, Mém. forçat, t. 4, 1828-29, p. 29).
B.— [Le compl. d'obj. dir. désigne un obj.] Attribuer un usage, une utilisation déterminée à un objet. La laine destinée à la confection des vêtements d'hiver (VERNE, Île myst., 1874, p. 286). J'ai trouvé aussi des clefs, qu'il destinait certainement à mes serrures (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 166) :
5. ... l'impôt reçoit son caractère de la société même où il fonctionne et au profit de laquelle il fonctionne. Il est destiné surtout à assurer le maintien et l'exercice des puissances sociales dominantes.
JAURÈS, Ét. socialistes, 1901, p. 175.
Prononc. et Orth. :[], (je) destine []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1155 « annoncer » (WACE, Brut, 12414 ds KELLER, p. 83a); ca 1170 « réserver tel ou tel sort, présager » [vostre biautez ... buene avanture vos destine] (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4664); 2. ca 1160 « déterminer, décider, fixer » (Eneas, 525 ds T.-L.); 1168-90 soi destiner « se fixer pour tâche, pour but de » (ID., Perceval, éd. F. Lecoy, 7686). Empr. au lat. class. destinare « fixer, assujettir; affecter à; décider ». Fréq. abs. littér. :3 920. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 9 152, b) 4 817; XXe s. : a) 3 745, b) 4 023.

destiner [dɛstine] v. tr.
ÉTYM. 1160; « annoncer », 1155; lat. destinare « fixer, affecter ».
Destiner (qqch., qqn) à…
1 Vieilli (le sujet désigne une entité supérieure : divinité, « destin »). Fixer la destinée de (qqn). Prédestiner, promettre. || Le ciel l'a destiné à la gloire.Destiner un jeune homme à une jeune fille, projeter de l'unir par les liens du mariage à cette jeune fille.
Vx. || Destiner (qqch., qqn) pour…
1 C'est à ce grand héros que le sort t'a donnée,
C'est pour lui que le ciel te destine aujourd'hui.
Corneille, Andromède, III, 3.
2 Cette persuasion que nous avons trouvé l'être que la nature avait destiné pour nous, ce jour subit répandu sur la vie, et qui nous semble en expliquer le mystère (…)
B. Constant, Adolphe, IV, p. 33.
2 Cour. Fixer d'avance (pour être donné en partage à qqn). Assigner, garder, réserver. || Je vous destine ce poste, cet emploi. || J'avais destiné ce cadeau, ce don à mon fils. || Je ne sais quel accueil il me destine. Préparer.Par ext. || Cette remarque vous était destinée, était pour vous, vous concernait. || Le coup vous était destiné. || Le jury destine ce prix au lauréat de mathématiques. Attribuer.
3 Hé bien ! filles d'enfer, vos mains sont-elles prêtes ? (…)
(…) À qui destinez-vous l'appareil qui vous suit ?
Racine, Andromaque, V, 5.
4 Je sais à son retour l'accueil qu'il me destine.
Racine, Bajazet, I, 1.
5 Ce roman (Télémaque), que Fénelon avait uniquement destiné pour le duc de Bourgogne (…)
d'Alembert, Éloges, Fénelon (→ Copie, cit. 1).
3 (Mil. XVIe). Désigner, fixer d'avance (qqch.) pour être employé à un usage. Affecter, appliquer, réserver. || Je destine cette somme à l'achat d'un costume. || L'auteur a destiné ces notes à la publication.Plus cour. au passif. || Cette poulie est destinée au levage.
4 (1580). Affecter (qqn) à un emploi, à une occupation, à un état. || Son père le destine à la magistrature.Par ext. || Son talent, son énergie le destinent à une carrière brillante.
6 (…) bien que leur naissance au trône les destine (…)
Corneille, Nicomède, II, 1.
Plus cour. au passif (voir ci-dessous le participe passé).
7 J'étais donc encore destiné à rendre ce devoir funèbre (…)
Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette-Anne d'Angleterre.
——————
se destiner v. pron.
Choisir une carrière. || Se destiner au professorat, à la magistrature. || Il se destine à la politique, à la carrière des armes.
8 (…) il continue toujours à s'instruire et paraît se destiner à la diplomatie (…)
Sainte-Beuve, Correspondance, 17, 28 juin 1824, t. I, p. 53.
9 Se destiner à la politique, c'est se sentir une vocation non seulement de critiquer, mais de gouverner.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XV, p. 183.
——————
destiné, ée p. p. et adj.
|| Un homme destiné à la gloire, à la fortune. Appelé. || Le sort qui nous est destiné, qui nous attend.
10 Ce Jésus était destiné pour une plus haute mission (…)
Bourdaloue, Avent, Nativité de J.-C., 713, in Littré.
11 L'homme et la femme sont destinés l'un pour l'autre, la fin de la nature est qu'ils soient unis par le mariage.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, IV, Lettre X.
Réception destinée à un visiteur de marque. || Poste destiné au protégé du ministre.
Édifice destiné au culte. || Marchandises destinées à l'exportation.
Fig. || Une impression qui n'est pas destinée à durer.
Enfant destiné par son père à la carrière des armes.
DÉR. Destin, destinataire, destinatoire, destinée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • destiner — DESTINER. v. actif. Déterminer la destination d une personne ou d une chose. Il a destiné cet argent pour acheter une maison. Il a destiné cet argent aux pauvres, ou pour les pauvres. Destiner ses enfans à l Église.Destiner, se prend quelquefois… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • destiner — choses en soymesme et proposer, Destinare. Estre destiné à la mort, Destinari ad mortem. Destinez à estre en degast et ruine, Addicta vastitati. Une année destinée et fée pour la destruction de la ville, Fatalis annus ad interitum vrbis …   Thresor de la langue françoyse

  • destiner — (dè sti né ; au XVIe siècle, selon Palsgrave, p. 62, on prononçait detiner) v. a. 1°   Fixer par l enchaînement des choses. •   Dieu ne destine jamais la fin sans préparer les moyens, MASS. Car. Voc.. •   Les récompenses que Dieu a destinées à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • destiner — I. Destiner. v. n. Projetter, se proposer de faire quelque chose. J ay destiné de faire cela. II. Destiner. est aussi actif, & signifie, Disposer de quelque chose dans son esprit. Il a destiné cet argent pour acheter une maison. il a destiné cet… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • DESTINER — v. a. Fixer, régler la destination d une personne ou d une chose. Savons nous à quoi le ciel nous destine ? Destiner son fils au barreau. Il destine cet argent à l achat d une maison. Il a destiné cet argent aux pauvres ou pour les pauvres. Cette …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • destiner — vt. dèstinâ (Albanais.001). A1) se destiner, se donner comme but : s dèstinâ vp. (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • DESTINER — v. tr. Affecter une personne ou une chose à tel ou tel emploi, à tel ou tel usage. Savons nous à quoi le ciel nous destine? Il se destine au barreau, à l’armée. Il destine cet argent à l’achat d’une maison. Cet édifice est destiné au culte. Ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • se destiner — ● se destiner verbe pronominal Choisir une orientation professionnelle : Elle se destine à l enseignement, à être professeur …   Encyclopédie Universelle

  • réserver — [ rezɛrve ] v. tr. <conjug. : 1> • 1190; lat. reservare 1 ♦ Dr. Mettre à part, dans un contrat, (un droit qu on pourra invoquer plus tard). ♢ Attribuer par avance à qqn. Clause réservant au donateur la faculté de révocation. 2 ♦ Cour.… …   Encyclopédie Universelle

  • consacrer — [ kɔ̃sakre ] v. tr. <conjug. : 1> • XII e; lat. consecrare → sacrer 1 ♦ Rendre sacré en dédiant à un dieu, une divinité (⇒ consécration). Consacrer un temple à Jupiter. Consacrer une église, un autel, un calice. ⇒ bénir. Autel consacré à la …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.